Le parrainage d’enfant

Contexte et Justification

L’adage médical enseigne : « L’être humain boit 80 % de ses maladies », et, de ce fait, à l’échelle du globe, un lit d’hôpital sur deux est occupé par un patient souffrant d’une maladie hydrique. Chiffre terrible, devenu malheureusement banal à force d’être cité et répété : selon l’ONU, 36 000 personnes meurent quotidiennement par le monde par manque d’eau potable et par défaut d’assainissement. Cela revient à 300 Boeing s’écrasant au sol chaque jour dans l’indifférence la plus totale.

L’eau insalubre fauche à elle seule, par la diarrhée, quatre millions d’enfants par an, dont un million et demi rien qu’en Afrique.
En Guinée en dépit des efforts du gouvernement, plus de 70% de l’eau de boisson se trouve contaminée entre le récipient de puisage, le transport et la manipulation. Les maladies hydriques représentent les 2ème et 3ème cause de consultations dans les formations sanitaires du pays.

Le coût du traitement revient à 60,000 GNF et 200,000 GNF en moyenne si l’on sait que les enfants de moins de 5 ans font une à deux épisodes de diarrhée par mois. A cela il faut rajouter les journées d’opportunité perdue par les familles.
« Pourtant, des techniques simples pour traiter l’eau à la maison et la conserver dans des récipients sûrs pourraient sauver un grand nombre de vies chaque année » WHO Unicef.
Avec une population vivant sous le seuil de la pauvreté (moins d’1 dollars par jour), on estime que le traitement de l’eau à domicile et le respect des règles d’hygiène réduisent considérablement les dépenses liées à la santé de plus de 80% par mois.
D’après nos enquêtes, elle permet à un ménage d’économiser en moyenne plus de 240,000 GNF par mois, réduit davantage l’utilisation des sachets plastiques qui ont un impact négatif sur l’environnement.

Plusieurs pathologies hydriques peuvent être évitées et beaucoup plus d’épargnes assurées sur le long terme en employant les moyens TINKISSO de traitement de l’eau avant sa consommation.
Le SMIG Guinéen est estimé à 450 000 GNF. Environ 160 000 GNF utilisés pour les frais de santé exclusivement liés à l’eau.
Tinkisso a réalisé une étude portant sur la problématique de l’approvisionnement en eau et de son impact sur les maladies d’origines hydriques.
Le but était de fournir d’une part des informations à la population sur la qualité de l’eau produite par la SEG, les forages et puits modernes. Les maladies dues à l’utilisation des eaux de risque pour y parvenir.

Les objectifs étaient :
• Vérifier le respect des conditions hygiéniques de l’eau de boisson et de cuisine ;
• Déterminer l’impact de l’eau consommée sur les maladies d’origine hydrique.
Il a fallu recourir à la méthode d’observation descriptive pour atteindre les buts de cette enquête. Il s’agit d’une description comparative des données essentiellement quantitatives et qualitatives.
Les résultats obtenus ont permis de déterminer l’impact de l’eau consommée sur les maladies d’origine hydriques.
Le cas d’une région du pays Kindia : amibiase intestinale : 7 869 cas, soit 8,1%, diarrhée sanglante 16 cas, soit 0,01%, diarrhée simple 19 063 cas, soit 19,4%, fièvre typhoïde : 14 624 cas, soit 21,07 %…
Soit un total de 48% pour les maladies hydriques.

• Pour les déterminants liés à la non utilisation des produits chlorés mais sachant bien que le Sur’ Eau protège contre les maladies hydriques (les déterminants socioéconomiques : 55,8% de la population sur place affirmé de pas s’approvisionner en eau potable à cause de la pauvreté.
• Les déterminants alimentaires : 35,8% ; ce sont des gens qui ne savent que les aliments souillés peuvent provoquer les maladies diarrhéiques
• Les déterminants culturels : 23% d’où l’implication des religieux dans la lutte et les chefs de villages et personnes âgées.
Donc vu le budget conséquent alloué à la cause, il existe un mécanisme de prévention des maladies par le biais de produits purifiants à moindre coût sur l’année est plus qu’urgent.
Lorsque les consultations liées aux maladies hydriques baissent, il y a une opportunité de réorienter ce budget dans les autres secteurs de développement tels que l’éducation et l’agriculture, l’implication des personnes d’influences, des chefs religieux, culturels aura davantage plus d’impact dans cette lutte.

2 Principales contraintes du système de prise en charge des maladies, des systèmes de santé et des systèmes communautaires
Programme de prévention du paludisme
Les principales faiblesses de la mise en œuvre des stratégies actuelles de lutte contre les maladies hydriques sont les suivantes :
 Faible capacité des formations sanitaires
o Diagnostic : i) faible couverture en équipements et prise en charge dans les formations sanitaires en zone rurale.
o Mobilisation des RECO : i) Malgré l’intégration du TED dans les activités à base communautaires, il y a peu de sensibilisation des ménages par rapport à la consommation de l’eau insalubre.
o Orientation recours : i) insuffisance d’application des directives pour la référence des cas graves des centres/PS vers les hôpitaux ; ii) insuffisance des outils de référence/contre référence au niveau communautaire.
 Insuffisance de la mise en œuvre de la prévention à travers la prescription de chlore
o Faible couverture en stock des centres de santé du pays et des points de distribution (46,7% selon Enquête de couverture 2018 de Tinkisso) ; les coûts du marketing social ne sont supportés que par l’Unicef.
 Faible mobilisation sociale
En ce qui concerne le Plaidoyer et l’Information Éducation et Communication (IEC)/CCC, on note la faible implication des leaders d’opinion ; la faible implication du secteur privé ; la faible mise en œuvre des activités IEC/CCC prévues dans le plan de communication de la Direction de la santé communautaire, la faible implication des communautés, y compris les associations féminines, dans les activités de lutte contre les maladies hydriques sont quasi inexistants , la quasi absence de l’évaluation des activités de communication en faveur du TED. Les disparités et les iniquités existantes en matière de fourniture de services en eau potable et Assainissement.
3 Comment faire changer cette situation et améliorer la prévention et la lutte contre les maladies hydriques

Au regard des contraintes et difficultés cités ci-dessus, Tinkisso va contribuer dans le processus de renforcement de l’implication des populations locales et Organisations Communautaires de Base dans la prévention.
Cette implication se fera à travers des actions endogènes et pérennes de promotion de comportement à moindre risque de propagation des maladies hydriques première cause de consultation en zone reculées dans les communautés. Les actions de Tinkisso actions portent essentiellement, sur la :
• Réalisation de sensibilisation de masse pour toucher un grand nombre de personnes
• Le parrainage d’enfants défavorisés (61% des personnes interrogées au cours de l’enquête sont très pauvres)
• Identification d’ambassadeur pour la cause
• Appel à donation de produits et kits d’hygiène
• Mise à disposition de produit de traitement de l’eau
• Identifier des bénévoles et les repartir dans les zones à risque pour appuyer les communautés pour la mise en œuvre de l’approche SATL.
• Organiser des séances de sensibilisation dans les écoles et dans les communautés à travers Communication pour le Changement de Comportement par des relais communautaires
• La promotion de la bonne gouvernance dans les Centres de Santé pour accroitre le taux de fréquentation tout en maintenant une confiance agissante entre le personnel des Centres de Santé et les populations locales pour la prise en charge des maladies hydriques.
• Mise en place des points de traitement d’eau au niveau des bornes fontaines pour les plus pauvres.

• Documentation et partage des cas de succès et bonnes pratiques en matière de prévention communautaire des maladies hydriques à travers le parrainage.
• Organisation d’un forum de capitalisation des acquis qui permettra de capitaliser tous les cas de succès et bonnes pratiques, d’identifier les contraires et défis pour les prochaines étapes mais aussi de renforcer la visibilité du projet
• Organiser des soirées gala pour levés de fonds
Ces activités permettront de

• Améliorer et renforcer le niveau de connaissance des populations locales sur les comportements à moindre risque des maladies hydriques
• Renforcer l’engagement individuel et collectif des personnes, partenaires techniques, société civile, secteur privé dans la dynamique de prévention communautaire des maladies hydriques et améliorer le revenu des ménages
• Réduire considérablement le taux d’incidence, la morbidité et la mortalité liée aux maladies hydriques à travers la chaîne de solidarité
• Impulser une dynamique d’appropriation des Soins de Santé Primaire par les Communautés
• Renforcer la confiance entre les clients et le personnel de santé et accroître ainsi, le taux de fréquentation des Centres de Santé
• Accroître le taux d’utilisation des produits de traitement de l’eau
• Lutter contre le réchauffement climatique à travers la diminution des coupures de bois pour ébullition comme méthode appliquée par les plus démunies.

Comment mesurer ces changements

A la fin de chaque mois, les Animateurs de Tinkisso vont appuyer les Centres de Santé dans l’organisation des réunions mensuelles des AC. Au cours de ces réunions, les indicateurs ci-dessous seront collectés :

  • Au niveau du Centre de Santé :
    Le nombre de clients référés au Centre de Santé par les Agents Communautaires
    Le nombre d’enfants parrainés dans le district
    Le nombre de sensibilisation mené par les RECOs
    Le nombre de cas de maladies hydriques
    Le taux de fréquentation des enfants à l’école
    Le revenu de la famille en matière de dépense liée à la santé
    Le nombre de ménage qui ne coupe plus du bois pour faire bouillir de l’eau en vue de sa consommation,
    Le nombre de point de distribution
  • Au près des Agents bénévoles et étudiants diplômés en stage :
     Le nombre de causeries éducatives organisées par thématique
     Le nombre de personnes ayant participé à la causerie éducative selon la thématique et le sexe
     Le nombre de cas simple de maladies hydriques traités
     Le nombre de visites à domicile
     Le nombre d’activités d’assainissement organisé
     Le nombre d’activités de sensibilisation de masse organisée
     Le nombre de personnes ayant participé aux activités de sensibilisation de masse

Ces données vont permettre de suivre les tendances et seront centralisées au niveau préfectoral et régional à travers des outils de suivi, conçue à cet effet.
A l’issus de l’analyse de ces données, des recommandations seront formulées et les responsabilités de chaque partie prenantes défini avec le délai de mise en œuvre.
4 But :
La présente proposition qui s’inscrit en droite ligne de l’atteinte des OMD, ODD6 qui pour but de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité liées au maladies hydriques.

Objectifs
Le but de ce projet de parrainage sera atteint à travers les objectifs ci-dessous :
a. Promouvoir et améliorer les bonnes pratiques d’hygiènes et la qualité de l’eau de consommation pour 10,020 enfants et 1000 familles cibles (Protection de l’Enfance) pendant 12 mois.
b. Améliorer l’efficacité́ de ce service pour aborder la question de l’éducation des enfants / jeunes, ainsi que pour démontrer une rentabilité́ de cet investissement
c. Réduire les dépenses en santé de plus de 50% des familles cibles soit en moyenne 7 214 400 000 GNF/an.
d. Mettre à disposition 1 442 880 produits de traitement de l’eau à la disposition des enfants cible du projet.
e. L’augmentation de la fréquentation scolaire de la jeune fille
f. La protection de l’environnement à travers la réduction de plus de 12 400 tonnes de CO2
g. Promouvoir une société́ plus solidaire et engagée dans laquelle les gens collaborent pour des bénéfices mutuels
h. Production de documentaire sur les enfants parrainés

5 Résultats attendus
a. Résultat 1: 10 020 enfants et 1000 familles bénéficient de la couverture du projet pendant 12 mois de l’année à travers le parrainage et la chaine de solidarité

La stratégie sera d’identifier de potentiels parrains au niveau des partenaires institutionnels (ONG, Agence des nations unis, entreprises, banque de la place pour leur RSE.
Mettre en place une campagne de communication, une charte du parrainage ainsi que les dividendes et bénéfices pour le parrain, élaborer des fiches de parrainages au travers l’identification des enfants dans les zones les plus reculées du pays (poche de pauvreté).

b. Résultat 2 : Le projet est reconnu comme un outil d’amélioration du cadre de vie des populations démunies et des enfants vulnérables
A travers des collectes d’informations sur les dépenses liées à la santé, le taux de fréquentation dans les formations des familles bénéficiaires sera revu à la baisse.

c. Résultat 3 : 7 214 400 000 GNF sont épargnés par les familles cibles.
Les enfants font deux à trois épisodes de diarrhée par mois en zone rurale et cela dû à la consommation de l’eau insalubre, 60% du revenus des familles sont investis pour la santé si l’on sait que les deuxièmes et troisièmes causes de consultation dans les formations sanitaires relèvent de maladies hydriques, les points focaux mettront en place une base de données pour évaluer avec les familles leur dépenses en santé avant, pendant et après le projet pour évaluer l’impact du parrainage. Nous savons qu’en zone rurale, pour une consultation liée à des pathologies, un ménage dépense en moyenne plus de 60,000 GNF

d. Résultat 4 : 1 442 880 000 flacons de sur eau sont mobilisés à travers le parrainage et rendu disponible chez les bénéficiaires pour toute la durée du projet,

A travers des récoltes de fonds, d’appel à donation de 1 à 1000 dollars selon les possibilités des parrains, des flacons de sur eau seront achetés et directement alloués aux enfants parrainés. Des soirées et dîners de gala pour la récolte de fonds, des tournois corporatifs et engagements solidaires, des courriers et demande de parrainage seront adressés aux personnes et entités sociales, ouverture de compte bancaire en ligne et des numéros de donation en cash. Les parrains peuvent sponsorisés des activités de donation ou leurs images seront directement associées.

e. Résultat 5 : L’augmentation de la fréquentation scolaire de la jeune fille.
Aujourd’hui, dans ces milieux défavorisés, 40% des jeunes filles ne vont pas à l’heure à l’école pour raisons liées à la corvée de l’eau, les jeunes garçons sont épargnés alors qu’il n’existe aucun livre ou principe qui indique que c’est à la fille d’aller chercher de l’eau. Cette inégalité sera réduite à travers une approche de causerie éducative avec les familles, ensuite le projet leur expliquera qu’avec l’utilisation du chlore, l’eau de puits amélioré peut être traité, donc pas la peine de parcourir des distances de 2 à 5 km pour la recherche d’eau de forage.

f. Résultat 6. Les émissions de CO2 sont réduites de plus de 80% dans la zone du projet.

Dans le rapport DRSP 2018, l’on compte en moyenne 700 000 ménages en Guinée qui utilisent la méthode d’ébullition pour le traitement de l’eau à domicile, et ce qui occasionne l’émission de plus de 5 millions de tonnes de CO2 à travers la coupure du bois. Avec la mise à disposition du Sur Eau, cette situation va considérablement baissée voir disparaître pour la lutte contre le changement climatique.

g. Résultat 7 : Un documentaire est réalisé pour le projet à l’intention des parrains et partenaires d’appui.

6 Les bénéficiaires :

Les bénéficiaires Les bénéficiaires du projet sont :
• Les enfants et familles des zones rurales du pays.
• Les orphelinats
• Les associations de protection de l’enfance
• Les écoles

7 Stratégie de mise en œuvre
a. Identifier la zone du projet
b. Identifier les cibles du projet
c. Élaborer des fiches de suivi des enfants et familles (évaluer les changements perçus et fréquences de visite dans les formations sanitaire)
d. Élaborer un plan de communication
e. Identifier des structures (Entreprises, ONG et institutions nationales), personnes ressources pour le parrainage
f. Fixer les conditions de parrainage
g. Recruter un personnel bénévole pour la cause
h. Mobiliser les ressources humaines et matériels pour la mise en œuvre du projet.